Brousse le Château, dont les habitants sont appelés les Broussais et les Broussaises, est une commune française de la région Midi-Pyrénées située dans le département de l’Aveyron. Son intégration à l’interieur du Parc Naturel Régional des Grands Causses souligne le caractère privilégié de son environnement.

Vue sur le Tarn (photo Augustin de Berranger)

La commune est située dans le sud du département à environ 50 à 60km des villes de Rodez, Millau et Albi. Dans la région naturelle du pays du Roquefort, l’activité principale est agricole, notamment l’élevage ovin et la vente du lait de brebis aux caves de Roquefort pour la conception du célèbre fromage du même nom.

Elle présente une courbe d’altitude de 220m à 665m et une superficie de 15,54km2 pour 178 hab. (INSEE 2006).

Le village de Brousse le Château, dont l’origine du nom vient très probablement du latin « Bruscia » (bruyères ou broussailles incultes) remonte au XIIIème siècle. C’est avant tout pour assurer leur protection, que les habitants viendront s’intaller au pied du château dont l’implantation sur le site date du IXème siècle. Aux invasions et aux guerres seigneuriales locales vont succèder de plus grands conflits encore dont le Rouergue sortira particulièrement meurtri. La Guerre de Cent Ans contre les Anglais de 1337 à 1453, sera suivie d’une période non moins périlleuse, celle du règne des « Routiers », soldats sans emploi en temps de paix, qui s’organisaient en bandes pour vivre « sur le pays ». Enfin les Guerres de Religions de la fin du XVIème siècle seront particulièrement marquantes dans un pays ou nombre de nobles embrasseront la foi protestante.

Le village d’aujourd’hui est l’héritier d’un passé riche d’évènements marquants, quoi de plus naturel alors de lire à même les pierres toute une histoire de France. Le village illustre parfaitement l’architecture locale, tout comme son environnement porte encore les traces d’une vie organisée autour d’une agriculture en terrasses et d’un commerce itinérant autrefois intense dans cette vallée du Tarn.

Toits de lauzes (photo Pol Boussaguet)   Maison à colombages (photo Pol Boussaguet)   Toits de lauzes (photo Pol Boussaguet)   Calades (photo Pol Boussaguet)

Cliquez sur les images pour un agrandissement


Un Pont « crouput » datant de 1366, inscrit au titre des Monuments Historiques :

Pont Crouput de 1366 (photo : C. Costabel)   Pont Crouput de 1366 (photo : C. Costabel)  

L’Eglise gothique du XVème siècle dédiée à Saint Jacques de Compostelle :

Clocher de l'Eglise (photo : Alain Druilhe-Carrère)   L'Eglise de nuit (photo : Augustin de Berranger)   Intérieur Eglise (photo : Augustin de Berranger)  

  Le château médiéval, monument historique (classé depuis le 2 mars 1943) :

Point fort de la visite, le château médiéval, véritable forteresse dont l’architecture défensive est clairement lisible : un donjon, une succession de tours incluses dans des remparts couronnés de mâchicoulis et percés de nombreuses meurtrières. Cet ensemble protège le logis des seigneurs, le puits-citerne, le four à pain, à l’intérieur d’une haute cour et d’une basse cour.

Le Château de Brousse (photo : Alain Druilhe-Carrère)

Après avoir appartenu aux comtes de Rouergue, de Toulouse puis de Rodez, le Château devint la propriété des Arpajon, une des puissantes familles de la noblesse française, de 1204 à 1700. Certains de ses membres s’illustrèrent avec éclat dans l’histoire de France, d’autres nous on légué des tragédies plus sombres, comme celle de la jeune Hélène de Castelnau, qui à l’âge de 6 ans fut captive du seigneur Jean d’Arpajon en ces murs pendant 3 longues années…

Un temps, propriété des Grandsaignes il fut racheté en 1785 par François Peyrot de Vailhauzy ; Sa fille Madame de Lauro, de Rodez, le vend en 1839 à la commune qui le transformera en presbytère.

Sauvé de la ruine grâce à des chantiers de bénévoles impulsés par l’Association de la « Vallée de l’Amitié » il sera administré et aménagé par les membres du « Foyer Rural » jusqu’en 2007. Il est depuis cette date géré par la commune.

Rosier ancien

Du Moyen Age à la Renaissance, le Château vous invite à un voyage à travers le temps, de ses bâtiments architecturaux si variés à son jardin aménagé où se côtoient simples et rosiers anciens.

Sylvistructure, P. Leron-Lesur

 

Depuis l’été 2008 et grâce à la généreuse donation de l’artiste Pierre Lerron-Lesur la collection de « sylvistructures » dont le thème principal est l’amandier, nous permet d’évoquer de façon plus contemporaine un passé autrefois glorieux pour l’Aveyron, comptant alors parmi les premiers producteurs d’amandes en France.

Pour en découvrir plus sur l’association : « La Maison de l’Amandier ».